Prophétie de 1891

Marie Julie Jahenny :

 

« Pendant la période

approchant les châtiments annoncés à La Salette, une quantité illimitée de fausses

révélations surgira de l'enfer comme un essaim de mouches ; une dernière tentative de

Satan pour étouffer et détruire la croyance dans les vraies révélations par des fausses"

 

 

Notre Dame de Tous les Peuples

 

Notre Dame des Peuples est apparue 55 fois à Amsterdam à Ida Peerdeman entre le 25 mars 1945 et le 31 mai 1959.

 

Elle demande que l’Eglise la proclame « Marie, Co-rédemptrice, Médiatrice et Avocate. »

 

Ida Peerdeman

 

Ida Peerdeman est née en 1905 et elle est morte en 1996 aux Pays Bas.

 

C’est la dernière de cinq enfants.

Elle n’a que huit ans lorsque sa mère meurt.

Son père, marchand de textile, par alors avec ses enfants à Amsterdam.

 

Comme son père était souvent absent, c’était sa sœur aînée qui dirigeait la famille, mais bien vite Ida développa une soif d’indépendance.

La famille, plus libérale que catholique, n’était pas particulièrement pieuse.

Le dimanche, on allait à l’église. «C’était tout», dira-t-elle plus tard.

 

Ida a douze ans quand, le samedi 13 octobre 1917, le jour où eut lieu la dernière des six apparitions mariales à Fatima, elle vit, sur le chemin de l’église, dans une lumière éblouissante, une Dame habillée d’une longue robe blanche avec une ceinture couleur crème et elle portait un voile.

Ce ne pouvait être que la Sainte Vierge, pensa-t-elle.

 

Durant ce mois d’octobre, la rencontre céleste se répéta une seconde fois.

Elle en parla à la maison, mais personne n’y prêta vraiment attention.

 

À l’âge de vingt ans, Ida travaillait comme employée dans la firme Boldoot.

Durant cette période, la jeune fille fut l’objet de manifestations diaboliques : des lampes balançaient à l’intérieur de la maison ; les portes des armoires s’ouvraient seules; les aiguilles de l’horloge tournaient avec une rapidité fulgurante ; le four qu’elle n’utilisait presque jamais se mit soudain à fumer.

 

Cela devenait plus grave quand Ida elle-même fut sous l’emprise de la tyrannie du diable.

Son confesseur, le Père Frehe, fit alors un exorcisme avec la permission de l’évêque.

La dernière chose que le diable lui dit fut : «Cureton, je t’aurai bien.»

 

En retournant chez lui, le Père Frehe tomba à travers un grillage.


Jusqu’aux années 1940, la vie d’Ida est alors relativement calme.

Au début du mois de mai 1940, quelque chose d’étonnant se produit : elle a des visions concernant le déroulement de la bataille en Europe.

Elle voit la rivière de l’Oder rouge de sang, qu’on se bat à Betuwe, que Mussolini est pendu à l’envers ; elle décrit le nid d’aigle de Hitler, dans les hauteurs des montagnes près de Berchtesgaden.

Elle avait alors un regard fixe et elle exprimait très lentement ce qu’elle entendait et voyait aux personnes qui l’entouraient.

 

Les visions de la guerre s’arrêtent brusquement le 25 mars 1945 quand la Dame apparaît à nouveau à Ida Peerdeman qui a quarante ans et vit avec ses sœurs.

 

Pendant quatorze ans (1945-1959), Marie lui apparaîtra cinquante-cinq fois.

Ses sœurs sont généralement présentes lors des apparitions et l’aînée note les paroles qu’Ida doit répéter après la Sainte Vierge.

 

 

Premier message, du 25 mars 1945 

 

« Assises dans la séjour, mes sœurs et moi-même étions en train de bavarder autour du poêle à charbon. C’était la guerre et ce qu’on a appelé l’hiver de faim. »

Le Père Frehe est passé la voir, lorsqu’ « en pleine conversation, soudain, je me sentis attirée vers l’autre pièce. Là j’ai vu d’un coup venir une lumière.

Je me suis levée.

 

Le mur disparut à mes yeux et tout ce qu’il y avait là normalement n’y était plus.

C’était un océan de lumière et un espace vide illimité. De cet espace, j’ai vu soudain se détacher une forme, une forme vivante, une silhouette de femme.

Je la voyais debout, à ma gauche, à une certaine hauteur.

 

Elle était vêtue d’une longue robe blanche et portait une ceinture ; elle avait un air très féminin.

Elle se tenait, les bras tendus vers le bas et les paumes des mains tournées vers l’extérieur, tournées vers moi.

 

Tandis que je la regardais, quelque chose d’étrange m’étreignit.

Je me suis dit : «Ce doit être la Sainte Vierge ; ce n’est pas possible autrement».

Soudain, la forme se met à me parler.

Elle dit : «Répète après moi.»


Je me mets donc à répéter mot à mot ce qu’elle dit.

Elle parle très lentement et lève d’abord trois doigts, puis quatre et, pour finir, les cinq doigts en me disant : «Le 3, c’est mars ; le 4, avril et le 5, c’est le 5 mai.»

 

Elle me montre ensuite le chapelet en disant :

«C’est à cela qu’on le doit ! Persévérez !»

 

Après un moment de silence, Elle ajoute :

« Il faut diffuser la prière.»


Je vois alors devant moi une multitude de soldats, beaucoup d’Alliés ; la Sainte Vierge me les montre.

 

Elle saisit alors la petite croix du chapelet et me montre le Christ en croix.

 

Puis, de nouveau, elle me montre les soldats.

 

C’est pour me faire comprendre ce sur quoi les soldats doivent appuyer leur vie, parce que la voix reprend : «Il rentreront bientôt chez eux, ceux-là. »

Et Elle désigne les troupes.

 

Mes sœurs et le Père Frehe étaient venus se placer autour de moi.

Quand il m’a entendue prononcer des paroles, il a dit à l’une de mes sœurs : «Note un peu ce qu’elle dit.»

Après que j’eus répété deux ou trois phrases, j’ai entendu le Père Frehe me dire : «Eh ! Demande-lui un peu qui c’est !»


Et je demande alors : «Êtes-vous Marie ?» La forme me sourit et répond : « Ils m’appelleront ‘’la Dame’’, ‘’Mère’’.

 

La vision s’efface et je regarde dans ma main.

Une croix est alors déposée devant moi.

Il me faut la soulever.

 

D’un geste très lent, je la soulève ; elle est lourde.


Quand la forme a eu fini de dicter, elle a disparu très lentement.

 

Ce n’est qu’ensuite que la lumière a disparu à son tour et, soudain, j’ai retrouvé autour de moi tout dans la pièce comme c’était depuis toujours. »

 

 

La Dame lui apprend une prière :

 

Seigneur Jésus-Christ,
Fils du Père,
Envoie à présent ton esprit sur la terre.
Fais habiter l’Esprit Saint,
Dans les cœurs de tous les peuples,
Afin qu’ils soient préservés
De la corruption, les calamités,
Et de la guerre.
Que la Dame de tous les Peuples,

Qui fut un jour Marie, (elle ne l’est plus ?)
Soit notre Avocate.

 

Cela peut paraître étonnant qu’elle ne veuille donc plus qu’on l’appelle Marie mais "Dame de Tous les Peuples".

 

Elle veut aussi qu’on vénère sa propre image : le tableau qui la représente comme "Dame de tous les peuples" et sa prière correspondante.

Elle promet aussi d’aider le monde mais seulement sous ce titre dont elle s'est désignée.

 

Elle promet de grandes grâces sous l’invocation de cette prière.

Dans les années 1970, la Fondation de la Dame de tous les Peuples prit possession, pour un prix presque symbolique, du terrain au Diepenbrockstraat.

On y établit alors le secrétariat et l’on y construisit une chapelle à peine visible avec, à gauche de l’autel, le tableau de la Dame de tous les Peuples.

C’est là qu’Ida Peerdeman vécut ses dernières années.

 

Puis une église a été construite et le culte s’est propagé malgré l’interdiction de cette dévotion par l'Église sous Pie XII. 

L'expression "qui fut un jour Marie" a été condamnée par les autorités de l'Église sous Pie XII et même après, car Marie est toujours Marie et elle le restera toujours.

 

Sainte Thérèse écrit : le démon « ce faux ange de lumière ne peut pas soutenir pendant longtemps son rôle sans se montrer sur quelque point en contradiction avec lui-même, soit par ignorance des choses surnaturelles, soit par l’exagération qu’il met dans l’expression de la vérité, soit par les étrangetés qu’il mêle à son action, soit par les mensonges particuliers que ce père du mensonge éprouve le besoin d’ajouter à sa supercherie encore dissimulée. »

 

« Quand à la moindre parole, dit-elle, qui ne serait pas absolument conforme à la Sainte Écriture, vous n’en ferez pas plus de cas que si vous l’entendiez de la bouche même du démon. »

 

 

Secte de l’armée de Marie

L’engouement religieux qui a suivit cet événement à Amsterdam a inspiré une secte chrétienne au Canada : l’Armée de Marie.

Dont le but est la sanctification personnelle par la réforme intérieure.

 

Elle fait partie de la communauté de la Dame de Tous les Peuples.

Le mouvement s’appuie sur la doctrine catholique et la vie mystique de sa fondatrice Marie-Paule Giguère.

Son autobiographie, qui s'intitule "Vie d'Amour", est la somme de nombreux volumes.

Elle y relate sa vie personnelle et mystique dans le premier volume tandis que les volumes suivants traitent davantage de l'évolution de l'Armée de Marie.

Les œuvres rassemblées dans la Communauté de la Dame de tous les peuples sont : la Famille et la Communauté des Fils et Filles de Marie, fondée en 1981 ; les Oblats-Patriotes, œuvre fondée en 1986, dont les membres étudient la doctrine sociale catholique ; l’Institut Marialys, œuvre fondée en 1992 pour la jeunesse.

 

En septembre 2007, la Congrégation pour la doctrine de la foi

confirme l’excommunication des fidèles de l'association, dont les pratiques et enseignements sont jugés schismatiques et hérétiques vis-à-vis du dogme catholique.

 

Cela n’empêche pas cette communauté de continuer seule ses célébrations hérétiques : le 31 mai 2008, Marie-Paule a reçu le titre de Souveraine de la Terre et le 31 mai 2009, Marie-Paule a été canonisée de son vivant par Padre Jean-Pierre.

  

Statue miraculeuse de Notre Dame de tous les Peuples, à Akita




Messages d’Akita de Notre Dame des Peuples

 

De 1973 à 1981, à Akita, dans un couvent laïc des Servantes de l’Eucharistie vénérant la Dame de tous les Peuples, une statue à son effigie s’est mise à pleurer, puis a donné d’autres messages dans le même esprit qu’à Amsterdam.

 

La communauté date des années 60.

La mère supérieure de l'Institut, Sr Kotake était tombée sérieusement malade.

 

Elle avait guérie avec de l'eau de Lourdes et décida alors de faire faire une statue à la sainte Vierge en action de grâces.

 

L'une des sœurs du couvent possédant une image de Notre-Dame de tous les peuples, (Our Lady of All Nations) apparition d'Amsterdam condamnée alors par l'Église, la mère supérieure trouva cette image jolie et décida qu'elle sera le modèle de la statue.

 

Sœur Agnès qui a reçut les messages de Notre Dame de Tous les Peuples à Akita a également été guidée par son ange gardien féminin, qui ressemble beaucoup à sa sœur décédée.

 

 

Cet ange l’accompagnait depuis 1973. La photo ci dessus est prise d'une vidéo où Sœur Agnès parle de cet ange : "elle m'a toujours guidée depuis" sous entendu depuis les apparitions.

 

L’évêque d’Akita est immédiatement mis au courant des messages et savait donc que la communauté désobéissait au Saint Siège qui avait interdit à cette date de vénérer l’image ou de réciter la prière de Notre Dame de Tous les Peuples.

 

Dès la première apparition, les messages sont sensiblement les mêmes que ceux d’Amsterdam car l’ange gardien de Sœur Agnès la fait agenouiller et lui fait réciter la prière de 'Notre Dame de Tous les Peuples'.

 

Sœur Agnès qui connait bien cette prière (qui est souvent récité dans la communauté malgré l'interdiction de l'église) et remarque que son ange gardien ne prononça pas la phrase hérétique « qui fut un jour Marie ». 

 

La statue de Notre Dame des Peuples à Akita pleura 101 fois de façon surnaturelle.

 

Les analyses scientifiques du liquide effectuées par la suite ont montré qu'il s'agissait bien de "larmes humaines".

 

L'évêque d'Akita a influé puissamment pour faire reconnaître l'apparition de Notre-Dame de tous les peuples. Il parle d’une reconnaissance officielle de l’Eglise toutefois il n’y a eu aucune reconnaissance de Rome pour l’instant.

 

L’évêque d’Akita a rencontré le cardinal Ratzinger en 1988. L’évêque raconte que le cardinal avait jugé que les messages de la Vierge à Akita étaient dignes de foi.

Mais rien de vient prouver que le cardinal Ratzinger ait vraiment dit cela. Il s'agit de oui dire. 

 

Le nonce apostolique de Tokyo, Ambrose de Paoli a dit en 1999 que la Congrégation pour la doctrine de la foi affirmait que le Saint Siège n'avait jamais donné aucune sorte d'approbation aux apparitions d'Akita.

 

En 1975, par l’intermédiaire de la presse, de la radio et de la télévision, prés de cent quinze millions de Japonais entendirent parler des phénomènes extraordinaires de «la Vierge d’Akita».

 

Beaucoup les virent même sur le petit écran.

 

Message du 13 octobre 1917 :

 

"Ma chère fille, écoute bien ce que je vais te dire et informes en ton Supérieur.

Comme je te l'ai déjà dit, si les hommes ne se repentent et s'améliorent pas, le Père céleste va affliger un châtiment terrible à l'humanité tout entière.

Ce sera un châtiment plus grave que le déluge, tel qu'on n'en a encore jamais vu.

Un feu tombera du ciel et anéantira une grande partie de l'humanité, n'épargnant ni les prêtres ni les fidèles.

Les survivants se trouveront dans une telle désolation qu'ils envieront les morts.

(...) L'action du diable s'infiltrera même dans l'Eglise, de sorte qu'on verra des cardinaux s'opposer à des cardinaux et des évêques se dresser contre d'autres évêques."

 

C'est précisément l’engouement suscité par le message d’Akita qui a permit la réhabilitation du message d’Amsterdam qui avait pourtant été condamné par l’Eglise.

 

C’est ainsi que la dévotion publique à Notre-Dame de tous les Peuples a été autorisée en 1996 par l'évêque conciliaire à Amsterdam et "l'origine surnaturelle" des apparitions a été reconnue en 2002 par son successeur.

 

Cette reconnaissance a suscité des remous importants même chez les catholiques conciliaires.

Extraits du livre « Avertissements de l'au-delà à l'Eglise contemporaine, aveux de l'enfer » tiré d’un exorcisme du 18 juin 1977 :


L’exorciste : "Dis ce que tu as à dire, au nom de Jésus, de la très Sainte Trinité, du Père, du Fils et du Saint Esprit, et au nom du Très Saint Sacrement de l'autel !"

Beelzéboul : (Il soupire) "Il y a un livre..... Il y a bien des années qu'il est sur le marché.... il porte le titre (il gémit) : La Dame de tous les Peuples ("De Vrouwe van alle Volkerin", dans le titre original néerlandais)

 

Nous avons allégué qu'il s'agissait d'une âme privilégiée, qui au surplus avait beaucoup souffert.

Nous y avons mêlé beaucoup de bonnes choses, notamment sur la guerre, la famine et les catastrophes. 

 

Les francs-maçons n'ont pas craint d'utiliser le nom de la Croix pour pouvoir nuire aux autres. 

 

La Grande là-haut (Marie) n'a jamais dit qu'il fallait maintenant accepter les nouveautés, qu'il fallait aller avec son temps, que le Ciel le voulait ainsi.....

 

Le livre vient d'Amsterdam : Lis-le une fois d'un bout à l'autre.

La petite image qui s'y rapporte est exposée dans beaucoup d'églises.

Il y est dit : "Envoie maintenant ton Esprit etc ..." et à la fin : "Daigne la Dame de tous les Peuples, qui fut jadis Marie, être notre avocate". 

Cette dernière phrase devrait faire réfléchir. 

 

"Qui était jadis".... Elle ne l'est donc plus ? ... (…) Nous avons même réussi à faire paraître le livre avec imprimatur ! (il rit) Ha, ha ! Nous avons "torché" ça !


En outre, il est presque toujours dit dans le livre : "La Dame", pas la "Mère de Dieu" ou un autre titre semblable.

 

Et sur l'image : "était jadis Marie". Ha, ha ! Était jadis, pour l'Eglise qui n'y croit plus.

Pour beaucoup, elle l'a été une fois..... Pour ceux qui mettent en doute sa virginité, et ne veulent pas... qu'il y ait un enfer.

Nous singeons beaucoup de ce que vous faites pour votre Eglise.

Nous singeons souvent aussi les âmes privilégiées. 

Avec nos têtes savantes, nous réussissons bien des choses. »

 

 «Au cours de mes 45.000 exorcismes, raconte ironiquement le prêtre exorciste Dom Amorth, je n'ai jamais rencontré un diable qui ne croie pas en Dieu.

Croire ne sert à rien ; il faut plutôt faire ce que Jésus nous a dit de faire. »

 

 

 

Prophéties:

 

Ces messages sont annoncés comme étant les derniers (comme pour Medjugorje), Notre Dame de Tous les Peuples annoncent des châtiments à venir si les hommes ne se convertissent pas.

 

Elle décrit notre époque comme une époque de corruption.

 

Elle décrit plusieurs inondations et des changements climatiques: 

"Méfiez-vous des météores"

"Il va d'abord leur falloir périr par ces flots."

"La nature change elle aussi."

 

 

Elle donne des détails de guerre :

"De grandes puissances seront déchues, une lutte politico-économique va survenir"

 

"Un combat va être mené à Rome contre le Pape."

 

"Les forces de l'enfer vont se déchaîner."

 

"Le monde va s'autodétruire."

 

"En un laps de temps très court, des choses graves vont se produire.

Chaos, désordre, doute, et désespoir les précéderont."

 

"A Jérusalem, les peuples d'orient gardent leurs mains devant leurs visages.

Ils pousseront des cris et des lamentations sur leurs villes."

 

Sur le Vatican, elle dit :

"On tient des réunions secrètes.

Cela fait plusieurs fois, ils se rassemblent en secret."

 

"Le Pape est mis au courant de tout.

Il est parfaitement au courant de ce qui va arriver. Soi-disant que la paix règne,mais en réalité ce n'est pas le cas. Tout est camouflé au monde."

 

La Russie met au point des armes biologiques avec des savants de tous les pays.

La voyante voit des bacilles.

La Dame dit : "C'est diabolique".

 

Puis la voyante sent son visage se boursoufler et elle ne peut plus bouger.

La Dame dit : "Et c'est ce qu'ils sont en train d'inventer. Le Russe, mais les autres aussi."

 

Elle dit aussi :

"Tout ce que fera la Russie ne sera qu'apparence."

 

"Des substances chimiques, voilà ce qu'ils sont en train de produire.

Amérique tu es prévenue. Interviens donc, interviens donc !"

 

 

Elle s'exclame :

"La vérité est introuvable."

  

"Chrétienté tu ne connais pas le grand danger qui te menace.

Il y a un esprit qui vise à te saper.

Mais... la victoire est à nous !" 

 

La lumière ne viendrait pas de la Chrétienté  :

La "Dame" nous dit de la lumière : "Peuples chrétiens, ce sont les païens qui vous l'apprendront."

 

L'image de Notre Dame de tous les peuples a été peinte selon les indications de l'apparition. Elle cache en grande partie la croix du Christ, en se mettant devant, et elle est positionnée sur le globe terrestre. L'image s'éloigne du dogme catholique où Marie ne fait qu'intercéder auprès de son Fils en toute humilité.

 

 

Fausses apparitions

 

 

Sources :

 

« Notre Dame de Tous les Peuples », Raoul Auclair, Nouvelles Editions Latines, 1967

« Les messages de la Dame de tous les Peuples », 2006

« Ida Peederman, Le voyante d’Amsterdam » P. Paul M.Sigl, 2005

« Les larmes et le message de Marie Teiji Yasuda », édition de parvis, 1987

« Celle qui pleure au Japon Notre Dame de tous les Peuples », Père Joseph Marie Jacq éditions Tégui, 1985

« La Dame de tous les Peuples », Raoul Auclair, Nouvelles éditions latines, 1967

« Le Royaume » numéro 55, octobre 1987

 

 

 

Partagez votre site

Toutes les prophéties
Toutes les prophéties